le design industriel

Siléo, studio Wilmotte et Industries pour Eclatec éclairage urbain

INVESTIR DANS LE DESIGN INDUSTRIEL

Le design n’appartient à aucun secteur économique en particulier. Il est aujourd’hui pratiqué dans tous les domaines d’activités.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le design en Ile-de-France concerne 4000 entreprises et plus de 30 000 emplois. Il génère un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Environ deux tiers des agences de design et des designers français sont implantés en Ile-de-France. Plus de 120 bureaux intégrés dans les entreprises sont répartis en son sein.

Le poids économique du design est donc réel et un nombre croissant de grandes entreprises françaises fait appel au design, à l’exemple d’Oxylane Group-Decathlon, de LVMH, ou de Seb, des industries de l’automobile, des entreprises de transports publics ou encore d’EDF.

Mais le taux de pénétration du design dans les TPE-PME-PMI reste faible. Plus de 60 % des entreprises françaises n’ont jamais eu recours au design et moins de 20 % d’entre elles considèrent le design comme stratégique. Pourtant, le retour sur investissement des entreprises ayant fait appel au design est de moins de 2 ans pour 60% des projets réalisés (source : Design Council). Inoculer le virus design dans ces entreprises, qui sont le moteur du développement économique, est donc un enjeu majeur.

Le design reste trop souvent dominé par sa dimension exclusivement décorative et n’est pas encore suffisamment considéré par les milieux économiques comme un facteur de gain de productivité et de compétitivité.

Pourtant nos concurrents étrangers, eux, l’ont bien compris. Ils ont intégré depuis longtemps le design comme un élément stratégique pour l’entreprise et reconnaissent le designer comme un maillon indispensable de la vie même de l’entreprise au même titre que la R&D, le marketing ou la finance.

Or, en général, le design n’est associé ni à la valeur ajoutée, ni au retour sur investissement, ni a un gain de productivité. L’appel au design dans le monde de l’entreprise est guidé surtout par l’urgence et répond dans la plupart des cas à une demande ponctuelle qui ne s’inscrit pas nécessairement dans une logique de développement stratégique et un projet d’ensemble.

Le Lieu du Design veut, avec les acteurs de ce secteur essentiel d’attractivité économique, démontrer que le design c’est d’abord de la valeur ajoutée.

Considéré parfois comme un dernier recours, il est trop rarement fait appel au design et aux designers en amont de la conception de produits et services. La place même du design au sein de l’entreprise est peu valorisée et encore moins identifiée.

La raison d’être du Lieu du Design, c’est de contribuer à sensibiliser les entreprises à l’apport du design et les convaincre de le considérer comme un véritable investissement d’avenir.

D’autant que le design n’est pas réservé qu’aux grandes entreprises. Il représente un outil économique puissant qui doit servir les intérêts des TPE-PME-PMI.

Le design, créateur de valeur

Pour nous, le design est un facteur de différenciation majeur et de compétitivité pour les entreprises. Plus une entreprise utilise le design plus elle s’éloigne d’une concurrence qui se joue exclusivement sur les prix.

Au Danemark, les entreprises qui ont recours au design ont un chiffre d’affaires supérieur de 22% à celles qui n’y font pas appel. Le taux de pénétration moyen du design dans les entreprises y est de 35%. Près de 50 % des entreprises danoises de moins de 10 salariés achètent des prestations design auprès de designers installés sur leur territoire.

En Angleterre deux tiers des entreprises considèrent le design comme inhérent à leur performance économique future. Des études ont démontré qu’une entreprise qui a intégré le design à hauteur de 100 livres sterling a vu son chiffre d’affaires plus que doubler.

 En Corée, cela fait plus de 10 ans que le design industriel est promu et valorisé comme facteur de compétitivité. L’objectif, en cours de réalisation, c’est de recruter au moins un designer dans chaque PME-PMI.

Au Japon, l’alliance entre les entreprises privées et les autorités publiques est mise toute entière au service de la puissance industrielle du pays.

En Finlande, 50% des entreprises nationales recourent à des services design professionnels et 30 % prennent en compte le design dans leurs décisions stratégiques.

Dans la production de valeur, le design doit donc occuper une place centrale. Tel n’est pas suffisamment le cas en France. Le Lieu du Design a vocation à créer des outils, à offrir des prestations, à réunir des compétences et à multiplier les partenariats pour unir industriels et designers.

Les atouts que peut offrir le design au plan industriel :

  • Il permet de valoriser ou revaloriser l’image de l’entreprise, de renforcer son identité et d’améliorer sa visibilité, ou encore de l’aider à se repositionner
  • Il génère du lien social, contribue à humaniser les espaces, améliore le quotidien.
  • Il améliore la qualité et la durée de vie des produits 
  • Il offre du confort et de la sureté aux utilisateurs : amélioration de la maniabilité, augmentation de la fiabilité. Le design contribue à une utilisation plus intuitive et plus sereine du produit.
  • Il peut réduire les coûts de fabrication et permettre à l’entreprise de réaliser des économies d’échelle et des gains de productivité.
  • Il participe à la protection de l’environnement grâce à une logique de plus en plus présente d’éco-conception : la Région Ile-de-France et le Lieu du Design ont remis au mois d’octobre 2008 le Prix Observer de la Région à Pascal Dovic à l’occasion des 10 ans du prix de l’Observer.
  • Il contribue au dynamisme d’une politique de recherche et d’innovation dans l’entreprise.
  • Il agit sur l’offre : proposition de nouvelles gammes de produits et de services qui répondent mieux aux besoins des clients et des utilisateurs.
  • Il est non seulement un facteur d’innovation technologique mais aussi d’innovation organisationnelle.
  • Il permet de valoriser certains savoir-faire traditionnels qui sont indispensables à la réalisation de certains projets.
  • Il permet de procéder à des recherches formelles, sensorielles et structurelles
  • Il incite à reconsidérer le packaging et le conditionnement de produits déjà existants ou en devenir et exerce une influence déterminante sur le stockage et le transport.
  • Il permet à l’entreprise d’être réactive en répondant de manière adaptée aux besoins émis par les consommateurs.